sikafinance, bourse afrique de l'ouest
se connecter
CONNEXION

Nigéria : La croissance du PIB pourrait s’effondrer de 9% selon le scénario du pire

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM ouvre dans 3h29min

Zainab Ahmed, la ministre nigériane en charge des Finances et du Budget.

L'économie nigériane pourrait gravement dériver et voir son PIB se contracter de 8,9% cette année si aucune mesure de soutien n'était initiée pour tenter de contenir l'impact négatif du covid-19. C'est le scénario du pire qu'il est à prévoir selon Zainab Ahmed, la ministre en charge du Budget, qui s'exprimait ce 21 mai au cours d'une réunion de la NEC, conseil économique national,  présidé par le vice-président Yemi Osinbajo.

La plus grande économie du continent s'attend donc à voir ses comptes virer au rouge alors que toutes les projections tablent sur une croissance négative, le pays fortement dépendant du pétrole n'ayant que peu de marge de manœuvre pour espérer faire mieux.

En cas de stimulus au plan fiscal, les études prévoient une régression du PIB à -4,4%. Et si un plan de relance plus ambitieux de l'économie était mis en œuvre, le PIB ne devrait replier que 0,59%, a-t-elle indiqué.

Voir aussi - Fitch rabaisse la note du Nigéria de B+ à B avec perspective négative

" Nous entrerons en récession - mais ce que nous essayons de faire est de nous assurer qu'elle soit  peu profonde afin que nous en sortions rapidement, en 2021 " a déclaré Ahmed au conseil, citée par la presse locale.

Le Nigéria qui avait soumis ses trois principales zones urbaines à un confinement, tente de contenir la propagation du covid-19 qui a fait exploser les dépenses de santé alors que l'économie reste paralysée par la baisse des cours de l'or noir, ce qui, par ailleurs, accentue la pression sur le naira, la monnaie nationale.

Voir aussi - Covid-19/Côte d'Ivoire : La croissance pourrait s'effondrer à 0,8% si la crise perdurait jusqu'en fin d'année

Au premier trimestre, selon la ministre, les secteurs du pétrole et du gaz ont générés près de 941 milliards de nairas de revenus nets (2,6 milliards $) pour les caisses publiques, ce qui représentait un manque à gagner de 125,52 milliards N (environ 347 millions $).

Jean Mermoz Konandi

Publié le 22/05/20 14:24

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.