REMTP 2024 : Les acteurs identifient les défis du marché des titres publics de l’UMOA

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 18h43min

La 6ème édition des Rencontres du Marché des titres publics organisée par UMOA-Titres s'est ouverte ce 23 janvier à Cotonou, capitale du Bénin. Elle a accueilli 150 participants du marché financier, autour de 3 panels, 3 focus pays et 2 masterclass. Les travaux portent sur le thème " Développement du marché obligataire en zone UMOA, quels axes de réformes ".

A cette occasion, différents acteurs du marché ont identifié les défis à relever pour un marché plus profond répondant aux besoins de financements des huit émetteurs. Ainsi, même si le marché des titres publics a fait preuve de dynamisme et de résilience selon la directrice générale d'UMOA-Titres, Oulimata Ndiaye Diassé, il convient d'améliorer plusieurs axes.

Les différents points d'après elle, sont la distribution des titres publics grâce à l'élaboration des produits d'épargne grand public, la dynamisation du marché secondaire des titres publics, la dynamisation du segment à court terme de ces titres, la mise en place d'un cadre pour les obligations vertes.

" L'année 2023 a été particulièrement difficile aussi bien pour les émetteurs qui ont eu de la peine à mobiliser les ressources nécessaires au financement de leur budget que les investisseurs qui ont dû faire face à un marché secondaire moins liquide. Ces difficultés ont mis en exergue la nécessité de mener les indispensables réformes et mettre en œuvre les actions telles que le développement du marché secondaire, l'approfondissement et l'élargissement de la base des investisseurs, le développement des infrastructures du marché , le renforcement des capacités des acteurs, l'harmonisation de la fiscalité, le développement des projets adaptés à la clientèle grand public et l'amélioration de la transparence sur le marché ", a identifié Oulimata Ndiaye Diassé.

La cérémonie d'ouverture a été présidée par le secrétaire général du ministère en charge de l'Économie et des Finances du Bénin, Alban Bessan. A la suite, d'Oulimata Ndiaye Diassé, il a énuméré les actions et réformes à mener pour que les États de l'Union puissent compter sur ce marché dans un contexte où l'accès au marché international devient de plus en plus difficile.

''L'encours de ce marché rapporté au PIB n'est que 12% contre près de 40% au niveau des marchés émergents. D'autre part la base des investisseurs reste dominée par des institutions monétaires qui détiennent environ 90% de l'encours de la dette par l'adjudication. La base des investisseurs institutionnels ne représente que 9%, tandis que les investisseurs institutionnels sont environ à 1%. De même, la participation des acteurs non bancaires demeure particulièrement faible. A titre de comparaison, la base des investisseurs institutionnels représente près de 25% des titres en circulation au Ghana, 11% au Kenya ", a constaté M. Bessan.

Ainsi, il préconise l'approfondissement des réflexions sur la profondeur du marché et sa base d'investisseurs, son accroissement continuel et son développement harmonieux.

En 2023, l'encours de crédits sur le marché des Titres publics de l'UMOA est passé de 14572 milliards FCFA contre 12248 milliards FCFA en 2022. Le montant mobilisé est passé à 7194 milliards FCFA contre 5255 milliards FCFA en 2022.

Mouhamadou Dieng

Publié le 23/01/24 15:14

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

6Wfh4jBM6Kn3EFUrZujC8iX4loLVJ94-h00LnRwFV14 False