UEMOA : La BCEAO invite les banques à ‘’une grande prudence’’ dans la distribution des dividendes

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 10h18min

La banques et autres établissements financiers de la zone UEMOA sont invités à prendre des précautions dans la distribution de dividendes au titre de l'exercice 2022, selon une note de la Commission bancaire régionale, organe de la BCEAO, datée de ce 16 mars.

" (…) les établissements de crédits et les compagnies financières sont invités à renforcer leurs ressources, notamment à observer, au titre de l'exercice 2022, une grande prudence dans la distribution de dividendes ainsi que dans la réalisation de toute opération susceptible de se traduire par une rémunération des actionnaires ", indique la note consultée par Sika Finance. 

Cette décision s'explique par la fin, comme convenue depuis 2020, de la phase transitionnelle pour l'application ‘'des normes de solvabilité et de division des risques'' devenues ‘'obligatoires à compter du 1er janvier 2023''. 

En d'autres termes, de manière plus simple, ces établissements sont invités à s'assurer du strict respect des normes prudentielles en vigueur en accordant la priorité au renforcement de leur fonds propres (selon les normes établies), avant d'envisager toute distribution de dividende. Une directive visant leur permettre d'être plus résilients en cas de survenue d'une grave crise financière susceptible de les fragiliser voire causer leur faillite. 

Pour la Commission Bancaire, qui joue le rôle de superviseur du secteur dans la région, l'observation de ces exigences est d'autant plus urgente dans un contexte international et régional qui a fait émerger des menaces persistantes sur le système financier. 

En premier point, la cybercriminalité qui représente un véritable " risque opérationnel induite par la digitalisation accrue des activités ". Ces derniers mois, plusieurs entreprises et institutions publiques de la région ont été ciblées par des attaques informatiques et la dernière en date connue est celle de Bank Of Africa Mali intervenue en début d'année. 

Voir aussi - Cybercriminalité : BOA Mali, dernière cible d'une menace qui se fait plus pressante dans l'UEMOA

A cela s'ajoute, en second point, " les incertitudes qui pèsent sur l'environnement économique régional et mondial, en relation avec la crise sécuritaire dans les pays du Sahel et la guerre russo-ukrainienne ", et qui sont de nature à accroître les risques bancaires surtout dans les pays directement touchés. 

Enfin, l'institution met en avant les changements intervenus dans le système financier et monétaire régional avec le réajustement de la politique monétaire de la BCEAO destiné à lutter contre l'inflation. " Ces conditions financières plus restrictives pourraient constituer des contraintes importantes pour la liquidité des banques " et donc affecter leurs activités de crédit. Une situation perceptible déjà sur le marché de la dette publique où les Etats peinent à mobiliser des emprunts pour alimenter leurs budgets. 

Les regards restent donc tournés vers les établissements de crédit, en particulier ceux cotés à la BRVM, pour avoir une idée de celles qui sont conformes aux normes prudentielles. Une donne qui va certainement déterminer leur capacité à rémunérer leurs actionnaires, et donc l'évolution de leurs cours sur le marché.

Jean Mermoz Konandi

Publié le 18/03/23 16:58

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

mpxuNICirSbRPgjejKUGNaJgV4bX-w8uMGFge1OXt90 False