UMOA : Récapitulatif des opérations financières – 27 juin au 01 juillet 2022

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 12h14min

UMOA : Récapitulatif des opérations financières – 30 mai au 03 juin 2022

 

Marché obligataire

  • Marché financier obligataire BRVM

Dans l'ensemble, les investisseurs du marché financier obligataire ont été plus actifs comparativement à la semaine d'avant. En effet, la valeur totale transigée s'est chiffrée à 4,39 milliards FCFA pour 473 milles titres échangés, soit une progression hebdomadaire de 35% par rapport aux 3,25 milliards FCFA au solde de la 25ème semaine de cotation. Le TPCI 5,95% 2018-2025 (TPCI.O30) est l'obligation qui a suscité le plus de transactions à raison de 2,03 milliards FCFA, un peu plus de 46% du volume total de la semaine.

La capitalisation obligataire pour sa part, ressort en léger repli de 0,12% à 7 758,66 milliards FCFA, contre 7 768,33 milliards FCFA le vendredi 24 juin.

La plus importante surcote s'affiche du côté de l'obligation ETAT DU MALI 6,50% 2020-2027 (EOM.O6) dont le prix est passé de 10 000 FCFA à 10 700 FCFA, soit une hausse de 7%.

Quant à la plus forte décote de la semaine, elle est réalisée par le titre FCTC TEYLIOM IMMO 7% 2021-2028 (FTIMC.O1) qui voit son prix reculer de 4,76% à sa valeur nominale de 10 000 FCFA.

  • Marché des titres publics sur le monétaire

Le marché des titres publics de UMOA-Titres a été animé par deux mastodontes que sont la Côte d'Ivoire et le Sénégal. Toutefois, c'est l'Etat du Sénégal qui aura fait l'actualité avec son importante levée et son rachat de dette.

L'Etat ivoirien a été le premier à intervenir en levant 70 milliards FCFA via un BAT (30 milliards FCFA) de maturité 91 jours pour un rendement moyen pondéré de 2,76% et une OAT (40 milliards FCFA) de 3 ans de maturité à rendement moyen pondéré de 5,08%.

Quant au Sénégal, ce sont 118 milliards FCFA qui ont été retenus pour une sollicitation initiale de 100 milliards FCFA. Cette levée s'est effectuée à travers une double émission de OAT. La première OAT à maturité de 3 ans pour un rendement moyen pondéré de 5,34% lui a permis de capter 87 milliards FCFA, lorsque la 2ème OAT de 5 ans à 5,56% de rendement moyen pondéré lui a conféré 30 milliards FCFA.

Dans le cadre d'une meilleure gestion de sa dette, l'Etat du Sénégal a également procédé ce vendredi 1e juin à un rachat de Bons et Obligations assimilables du Trésor dans tous les pays membres de l'Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA). En effet, proposant initialement 98 milliards FCFA pour le rachat de dettes portant sur deux OAT et un BAT qui arriveraient à échéance dans cette seconde moitié de 2022, c'est finalement à 102 milliards FCFA que ces dettes seront réévaluées par le marché.

A l'issue des opérations, l'obligation du trésor symbolisée par SN0000001207, s'est vue reprendre pour 64 milliards FCFA à 2,54% de rendement moyen pondéré pour une maturité résiduelle de 6 mois. Quant à la OAT SN0000001157, ce sont 4,3 milliards FCFA qui ont été repris à rendement moyen pondéré de 2,60% pour une durée restante à courir de 2 mois et 15 jours.

Enfin, le BAT avec une maturité résiduelle de 2 mois s'est vu renégocié à 34 milliards FCFA à 2,17% de rendement moyen pondéré.

 

Marché interbancaire et injection de liquidité de la BCEAO

  • Marché interbancaire

Du 20 au 24 juin, le marché interbancaire a été moins agité par rapport à la semaine précédente. En effet, le flux interbancaire est ressorti à 589 milliards FCFA, soit une régression de 14% relativement aux 684 milliards FCFA échangés entre les banques une semaine plutôt. Ce sont les banques ivoiriennes qui ont dominé le marché interbancaire avec 54% (314 milliards FCFA) des prêts et un peu plus de 50% (294 milliards FCFA) de l'ensemble des emprunts de la semaine.

Ces dernières sont suivies des banques sénégalaises (110 milliards FCFA) et togolaises (73 milliards FCFA) du côté des prêts et des togolaises (95 milliards FCFA) et burkinabés (63 milliards FCFA) pour ce qui est des emprunts.

Comme d'accoutumée, les banques Bissau guinéennes n'ont concédé aucun prêt pour des emprunts s'élevant à 18 milliards FCFA, un montant qui a quasiment doublé par rapport à la semaine précédente.

Du fait de l'embargo économique que connaissait le Mali, ses banques ont été contraintes d'emprunter que le montant dont disposait l'économie elle-même à savoir 17 milliards FCFA.

Notons par ailleurs que ces opérations ont été réalisées à un taux moyen pondéré de 2,76% et les taux minimum et maximum sont respectivement ressortis à 1,50% et à 6,50%.

  • Injections de liquidité de la BCEAO

Pour sa 26ème injection hebdomadaire de liquidité, la BCEAO a à travers le marché interbancaire servi l'ensemble des économies de l'UEMOA à hauteur de 3 383 milliards FCFA, soit 3% de plus que la précédente injection (4 239 milliards FCFA).

Ce sont 96 banques commerciales de l'union qui ont pu se faire refinancer par la banque centrale à un taux fixe de 2,25%.

Les plus importants montants ont été allouées, dans l'ordre aux économies ivoirienne (1 365 milliards FCFA), sénégalaise (882 milliards FCFA), béninoise (602 milliards FCFA) et Burkinabé (580 milliards FCFA). A l'exception de l'économie malienne, toutes les autres ont été entièrement servies.

Toutefois, la situation du Mali devrait connaitre une amélioration dans les semaines à venir du fait de l'issue favorable de la rencontre des chefs de gouvernements de ce 03 juillet portant levée des sanctions contre le pays. Cependant, pour cette semaine du 20 au 24 juin, les besoins en liquidité de 455 milliards FCFA exprimés par le pays, n'ont été couverts qu'à 78%.

Sékou KARAMOKO

La Rédaction

Publié le 05/07/22 17:39

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

0JImG9RBFqkuj1G1wUqsScjFW9cx2R-eAkp34ldy6Vs False