À plus de 3 000 FCFA /Kg, le prix du cacao camerounais bat un nouveau record

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 18h19min



Au Cameroun, les dernières opérations de ventes groupées de fèves de cacao dans le cadre de la campagne 2023-2024 se sont déroulés le 15 février 2024 à Makénéné (région du centre) et Kekem (région de l'ouest), puis le 19 février 2024 à Batschenga, situé à 62 km de Yaoundé la Capitale.

Des jours de joie pour les cacaoculteurs de ces localités qui ont cédé, aux acheteurs, leurs fèves à des prix records, soit respectivement 3 100 FCFA (5,11 $), 3 360 FCFA (5,54 $) et 3 300 FCFA(5,44 $) le kilogramme. Lors de la campagne 2022/2023, le prix maximum payé aux producteurs était de 1480 FCFA/Kg.

“Ces prix confortent le statut des producteurs de cacao du Cameroun comme parmi les mieux rémunérés au monde[…] Au total et si on se réfère aux campagnes précédentes, le prix au producteur aura été multiplié par trois, soit une évolution à la hausse de 200%, de très loin supérieure à celle de l'inflation dans notre pays”, a déclaré dans un communiqué le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana.

Voir aussi: Cameroun: Les exportations de cacao ont généré 265 milliards FCFA de revenus

Selon le membre gouvernement, cette embellie est entretenue par la concurrence lors des ventes groupées. Il s'agit en fait de ventes aux enchères publiques regroupant d'un côté les coopératives de producteurs qui se mettent ensemble pour avoir un important volume de fèves et de l'autres les acheteurs. Cette concurrence ouverte permet ainsi aux producteurs de ne céder leur marchandise qu'au plus offrant et ce, dans un processus totalement transparent.

Il faut dire qu'au niveau des acheteurs, la concurrence s'est renforcée ces dernières années avec notamment 45 exportateurs actifs, 6 unités de transformation industrielle et 34 unités de transformation artisanale, selon les données de l'Office nationale du cacao et du café (ONCC). Par contre, l'offre n'a pas beaucoup progressé, stagnant autour de 260 000 tonnes au cours des 5 dernières campagnes.

Voir aussi : Côte d'Ivoire : Le budget 2024 projeté à 13 720 milliards FCFA

L'intérêt pour les fèves camerounaises intervient surtout dans un contexte de rareté à l'échelle mondiale ayant permis à la brique rouge d'atteindre son cours le plus élevé depuis au moins 4 décennies. Le vendredi 16 février, le prix des fèves à Londres a atteint un niveau record de 4 757 livres sterling la tonne, soit deux fois plus qu'il y a un an, et à New York, il s'est hissé également à un record à 5 888,0 dollars.

En cause, les mauvaises récoltes attendues en Côte d'Ivoire et au Ghana du fait de la persistance du virus du swollen shoot qui fait pourrir les cabosses de cacao et donc affecte la production, mais également en raison d'une période de sécheresse sur la côte ouest africaine consécutive au phénomène climatique El Nino.

Voir aussi : Les cours du cacao atteignent un niveau historique depuis 47 ans à la Bourse de New York

A la différence du Cameroun, le prix aux cacaoculteurs ivoiriens est fixé par l'Etat en début de campagne. Celui-ci a été arrêté à 1 000 FCFA/kg au cours du lancement de la campagne cacaoyère 2023/2024, en octobre dernier. Un prix sur lequel le gouvernement ne cesse d'imposer des taxes relativement importantes pour alimenter son budget; le cacao étant l'une des principales sources de financement de la première économie de l'UEMOA.

Cédrick Jiongo

La Rédaction

Publié le 23/02/24 13:18

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

6Wfh4jBM6Kn3EFUrZujC8iX4loLVJ94-h00LnRwFV14 False