BNP Paribas confirme officiellement son projet de retrait du marché ivoirien

CI0000000014 - BICC
La BRVM Ferme dans 0h45min

Alors que l'information circulait depuis quelques temps, le Groupe français BNP Paribas a officiellement fait part de son projet de se retirer de la BICICI, sa filiale bancaire ivoirienne cotée à la BRVM. 

D'après des documents consultés par Sika Finance, le groupe français a porté l'information au conseil d'administration de la banque réuni ce mercredi 30 mars, expliquant avoir " reçu des manifestations d'intérêts de groupes bancaires internationaux qui pourraient conduire à une évolution de sa participation au capital de la BICICI ". Des propositions à l'étude et pour lesquelles BNP Paribas compte " explorer les alternatives et les partenariats possibles " pour prendre le relais au capital de sa filiale. 

Détenant globalement 67% du capital de BICICI, les 33% restants étant cotés à la bourse régionale de la BRVM, BNP Paribas compte ainsi céder l'un des principaux acteurs du marché bancaire local. La banque figurait en effet dans le top 10 du secteur en 2020 en termes de PNB selon le classement de Sika Finance. 

Ces dernières années toutefois, les résultats n'ont pas été au rendez-vous au niveau de la banque qui tente de se remettre d'un exercice 2019 éprouvant. Si le PNB (chiffre d'affaires) est resté plus ou moins stable entre 2018 et 2020, passant de 48,8 milliards FCFA (74,4 millions d'euros) à 45,3 milliards FCFA (69 millions d'euros), le résultat net a été moins reluisant. De 9,8 milliards FCFA (14,9 millions d'euros) en 2018, la banque a enregistré une lourde perte de 3,6 milliards FCFA (5,5 millions d'euros) fin 2019 du fait d'une dégradation de son portefeuille de créances. Mais elle avait réussi à remonter la pente avec un bénéfice de 4,7 milliards FCFA (7,2 millions d'euros) en 2020. 

BNP Paribas qui prépare ainsi son retrait du marché ivoirien après celui annoncé de sa filiale sénégalaise, confirme ainsi les informations de sa volonté de se désengager du continent africain. Notons que courant 2021, le groupe avait cédé ses filiales du Gabon, de Tunisie, du Mali, de Guinée et aux Comores. 

Selon certaines indiscrétions, l'Ivoirien Koné DOSSONGUI, qui avait cédé Banque Atlantique au groupe marocain Banque centrale populaire, serait sur le coup afin de se relancer dans un secteur bancaire africain où, déjà à la tête de Banque Atlantique Cameroun, a acquis les filiales de BNP Paribas au Gabon, au Mali et aux Comores.

Jean Mermoz Konandi

Publié le 01/04/22 19:46

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

wyizH7oJTcwZT5t4sttC5FI_8AeHvVKnP3OuziKefQg False