sikafinance, bourse afrique de l'ouest
se connecter
CONNEXION

Ghana : 900 millions $ d’exonérations fiscales accordées en 2 ans suscitent la polémique

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM ouvre dans 9h54min

Au Ghana, les exonérations fiscales accordées par le gouvernement au secteur privé suscitent la polémique. Dans une étude publiée ce 17 novembre par l'ONG ActionAid Ghana (AAG), intitulée "Tax Incentives. What Tax incentives can do for basic Education in Ghana ", il est ressorti que les exonérations ont coûté 901 millions $, soit près de 500 milliards FCFA, aux caisses publiques entre 2018 et février 2020.

Un manque à gagner qui aurait pu soutenir le système éducatif alors que le pays peine à consacrer 20% de ses ressources budgétaires au secteur, la norme recommandée au niveau mondial, et parvenir à une éducation universelle.

" Seulement 20% des 901 millions $ de revenus potentiels perdus à cause des incitations fiscales auraient pu fournir 950 527 places supplémentaires aux élèves (…) avec un potentiel de 10 378 salles de classe pour les élèves du Ghana", révèle le document cité par l'agence ghanéenne de presse (GNA).

Voir aussi - Ghana : Ficth Ratings réaffirme le ‘'B'' avec perspective stable

ActionAid Ghana exhorte les citoyens à s'approprier l'étude et à soutenir le plaidoyer auprès du parlement afin de mieux cibler des exonérations au bénéfice des acteurs économiques dont l'impact social est prouvé.

Les incitations fiscales font partie des instruments utilisés par les Etats en vue d'attirer les investissements. Toutefois, les pertes de recettes pèsent sur les budgets nationaux dont le déficit est financé par un endettement croissant d'année en année.

Voir aussi - Le Ghana vise une levée de 3 à 5 milliards $ d'eurobonds en 2021

Au Ghana, le taux d'endettement est attendu à 72,8% à fin 2020 selon l'agence Fitch et le pays projette lever au premier trimestre 2021 entre 3 et 5 milliards $ sur le marché international pour financer le gap de son budget.

Jean Mermoz Konandi

Publié le 20/11/20 09:44

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.