La référence de l'actualité économique dans l'UEMOA

sikafinance, bourse Côte d'Ivoire

Interview/ Harold COFFI, directeur général de Société Générale Burkina Faso

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM ouvre dans 17h38min
''En 2021, nous serons présents au rendez-vous des opportunités''.

Harold COFFI, directeur général de Société Générale Burkina Faso

Société Générale Burkina Faso s'est montrée particulièrement active dans un pays résilient qui fait face à d'importants défis. Un engagement qui a été marqué notamment par le lancement d'innovations et de projets qui donnent une idée de ses ambitions sur un marché bancaire dont elle occupe le 3ème rang.

Ex-numéro 2 de Société Générale Côte d'Ivoire, Harold Coffi, depuis septembre 2018 à la tête de la banque, évoque dans cet entretien un exercice 2020 particulier à bien des égards mais qui, selon lui, porte des opportunités qu'il faudra saisir au cours de cette année.

 

Société Générale Burkina Faso évolue dans une économie qui fait preuve de résilience dans un contexte de défis sécuritaires et confrontée à la crise de la Covid-19. Comment se porte la banque et quelle place occupe-t-elle sur ce marché ? 

Avant tout je voudrais saisir cette occasion que vous me donnez, pour présenter mes vœux les meilleurs à toutes vos lectrices et vos lecteurs, ainsi qu'au peuple burkinabè et plus particulièrement à nos très chers clients qui nous font confiance chaque jour. Je salue aussi toute l'Equipe SIKA et vous souhaite plein succès en cette nouvelle année. 

Pour en revenir à votre question, l'économie du Burkina Faso fait preuve d'une grande résilience face aux défis sécuritaires et sanitaires. Ceci est la preuve du courage de ce peuple et de l'accompagnement des autorités politiques et financières qui ont mis en place une riposte adéquate contre cette pandémie.

SGBF est la 3ème banque sur un marché de 15 banques.

(…) il faut redire combien cette crise est sans précèdent et nécessitera que tous (…)  décident que l'impossible et l'inspiration deviendront leur mode de vie au quotidien. 

Mais au-delà des chiffres, il faut redire combien cette crise est sans précèdent et nécessitera que tous, quels qu'ils soient, quoiqu'ils fassent, décident que l'impossible et l'inspiration deviendront leur mode de vie au quotidien. 

 

Comment la crise de la Covid-19 a-t-elle impacté votre activité ?

Comme partout dans le monde, nous avons été impacté, tant sur notre activité que sur nos modes de fonctionnement.

Si la crise sanitaire a engendré un ralentissement de l'activité économique, entraînant une diminution des besoins de financement, un ralentissement des transactions financières, une baisse de notre chiffre d'affaires, au final, grâce à un pilotage adapté, nous réalisons une année 2020 qui reste au niveau des attentes.

(...) grâce à un pilotage adapté, nous réalisons une année 2020 qui reste au niveau des attentes.

Mais une fois de plus, ce sont les comportements qui ont été les plus impactés. Télétravail ou présentiel, distanciation sociale, mesures barrières, modification des périodes de congés et j'en passe, ont demandé au personnel, que je salue ici, une grande adaptation.

 

Quelles sont les solutions que vous avez mises en avant pour mieux accompagner vos clients dans un tel environnement ?

Je commencerai par remercier vivement la BCEAO et les Associations Professionnelles des Banques, en particulier celle du Burkina Faso, pour avoir très tôt anticipé les effets négatifs de cette crise.

La Banque centrale a pris des mesures salutaires qui ont permis au système bancaire de résister et mieux, de soutenir les clients en difficulté. Deux d'entre elles méritent d'être saluées particulièrement : la baisse du taux de refinancement de 4% à 2%, permettant de réduire considérablement le loyer de l'argent qui est notre matière première, et l'assouplissement des règles prudentielles, notamment avec l'autorisation de report d'échéances des prêts sans impact négatif sur les ratios. 

Ainsi, SGBF a pu maintenir un cadre permanent d'échanges avec la clientèle, afin de répondre au mieux à leur besoin dans ce contexte si particulier.

 

Malgré le contexte, on a pu en effet relever un dynamisme remarquable de Société Générale Burkina en 2020 avec l'ouverture d'espaces libre-service et le lancement de l'application SG CONNECT ; le réaménagement d'une des deux agences Privilèges dédiées aux VIP dans des locaux plus modernes et spacieux et le lancement du chantier du nouveau siège. Est-ce le signe de nouvelles ambitions sur ce marché ?

Absolument ! La Covid-19 aura permis, si je puis le dire ainsi, de s'interroger sur d'autres modèles de fonctionnement et d'accélérer la transition digitale. C'est ainsi que nous avons accéléré la digitalisation dans la gestion de la clientèle des particuliers à travers trois axes principaux. Il s'agit primo d'une plus grande synergie avec YUP, la solution de Mobile Money du Groupe Société Générale en Afrique, pour combler les besoins de nos clients et des non clients et faciliter l'accès à nos services sur tout le territoire, même sans compte en banque. 

La Covid-19 aura permis (...) de s'interroger sur d'autres modèles de fonctionnement et d'accélérer la transition digitale.

Secundo, l'application SG CONNECT, solution mobile Banking, a été lancée et est restée gratuite pour notre clientèle tout au long de l'année 2020 ... 

 

Merci de retrouver la suite de cette interview dans la dernière édition (février 2021) de notre magazine " Marché Financier : Bilan et Perspectives " qui vient de paraître. Cliquer sur l'image en dessous pour le téléchargement (gratuit).

Jean Mermoz Konandi

Publié le 11/03/21 13:28

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.