sikafinance, bourse afrique de l'ouest
se connecter
CONNEXION

L’arrivée d’Orange Côte d’Ivoire à la BRVM se précise-t-elle ?

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM ferme dans 2h43min

Le président ivoirien Alassane Ouattara recevant en audience Stéphane Richard, le PDG du groupe Orange, ce 13 juin 2019 à Abidjan.

 

Le PDG du groupe Orange, Stéphane Richard, a été successivement reçu en audience ce 13 juin par le président ivoirien Alassane Ouattara et le Premier ministre Gon Coulibaly alors que la sortie de l’Etat ivoirien du capital de la filiale ivoirienne est à l’ordre du jour.

Avec le chef de l’Etat ivoirien, il a notamment été question des investissements du groupe dans le pays et de « l’évolution du capital » d’Orange Côte d’Ivoire, informe le communiqué de la présidence. Un détail qui remet au goût du jour le projet de la cession des parts de l’Etat ivoirien dans le capital de la compagnie.

Voir aussi - Téléphonie mobile: Orange Côte d'Ivoire à la BRVM en 2019 ?

Pour rappel, dans la loi de finance (budget) 2019, les autorités ont prévu sortir du tour de table de la compagnie, une opération qui devrait théoriquement rapporter 100 milliards FCFA inscrits au budget actuel. Une rondelette somme dont le gouvernement se doit de mobiliser dans un contexte où il a dû renoncer à recourir à un nouvel eurobond arguant de conditions de marché défavorables alors que ce sont 1 450 milliards FCFA que le pays doit lever sur le marché financer pour combler le gap de son budget.

Quelle option de sortie ?

La question reste de savoir l’option que choisira le gouvernement pour cette sortie. Il existe à cet effet des précédents en la matière. Dans le cas de NSIA Banque Côte d’Ivoire et de la SIB (société ivoirienne de banque, filiale du marocain Attijariwafa Bank), les autorités avaient pris l’option de céder ses actifs publics par des OPV suivies d’entrées à la BRVM avec l’argument récurrent d’amener les citoyens à profiter également des revenus générés par ces sociétés.

Voir aussi - Orange : Un chiffre d’affaires de 41,4 milliards d’euros, tiré par la zone Afrique & Moyen-Orient

Mais en sera-t-il de même dans le cas d’Orange Côte d’Ivoire ? « L’Etat de Côte d’Ivoire et Orange travaillent pour une introduction en bourse », avait indiqué le 23 novembre 2017 le Premier ministre Gon Coulibaly à l’occasion de la pose de la première pierre du futur siège d’Orange à Abidjan. Une déclaration qui semble montrer que la voie de la BRVM pourrait être privilégiée même si le groupe Orange a largement les moyens de s’octroyer les parts de l’Etat ivoirien.

540 milliards FCFA de chiffre d’affaires

Solide leader du marché local des télécommunications, Orange est un acteur économique majeur de l’économie ivoirienne. En 2018, son chiffre d’affaires sur le marché local, selon nos calculs extraits des données du régulateur ARTCI, est évalué à 540,7 milliards FCFA, soit 824,34 millions d’euros, à la fois sur les segments téléphonie fixe, mobile et internet.

Notons qu’à la suite de l’opération de la fusion absorption de Côte d’Ivoire Télécom (opérateur historique du fixe) par Orange Côte d’Ivoire fin 2016, l’Etat ivoirien s’était vu adjugé 15% du capital, contre 75% pour le groupe français et 10% pour d’autres acteurs privés.

Jean Mermoz Konandi

Publié le 14/06/19 22:10

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.