Sénégal : Ces startups qui émergent

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 16h46min

Au Sénégal, les initiatives entrepreneuriales émergent. Des startups naissent de jour en jour avec l'ambition d'être compétitives dans divers domaines de l'activité économique. Zoom sur quelques profils d'entrepreneurs, qui, sur une bonne dynamique, rêvent de devenir de grands champions africains.

Bamba Lô : Paps, la persévérance récompensée

Après des études en commerce en France, Bamba Lô a décidé de se lancer dans l'entreprenariat. Il eut l'idée de créer en 2012 une entreprise en France. L'aventure sera brève, puisque le projet a vite connu un échec avec un arrêt après trois années de services. Il fait de cette mauvaise expérience, un atout. Ainsi Bamba Lô décide de rentrer au pays pour mettre en place un centre d'appel et se concentrer également sur la vente des abonnements sur proposition d'un opérateur.

La contrainte dans cette activité selon lui, était que les clients devaient se déplacer en agence avant 16h30. Des dysfonctionnements qui lui rappellent la nécessité d'un bon système logistique dans le business. C'est à partir de ce moment que l'idée d'explorer le marché de la livraison lui est venue. " C'est l'échec de mon premier projet qui a favorisé la réussite qui a suivi ", constate Bamba Lô.

N'ayant pas beaucoup de moyens au départ, Bamba Lô démarre avec deux motos et une page Facebook pour la promotion de ses services. " On a démarré avec l'ambition de combler un manque sur le marché. Tout est parti d'un constant et d'une expérience professionnelle. Je me suis dit dès lors, qu'il y a quelque chose à faire dans ce secteur. J'ai créé une page Facebook. J'ai donc démarré avec une page Facebook et deux scooters point final. Au bout de quelques mois, la demande à travers la page Facebook était importante en 2016 ", raconte Bamba Lô.

Le projet est sanctionné de réussite, Paps est passée de deux motos à des camions et outils de livraison plus sophistiqués. Aujourd'hui, l'entreprise de Bamba Lô est présente en Guinée, en Côte d'Ivoire, au Sénégal, au Bénin et en France et a pu réaliser en 2022, 4 680 000 livraisons.

Âgé de 37 ans, Bamba Lô a également pu mobiliser en janvier 2022, 4,5 millions de dollars, soit 2,6 milliards FCFA auprès de grands groupes d'investisseurs, tels que Saviu Ventures et Uma Ventures, Yamaha Motor Co., Ltd, Lofty Capital, Proparco, Google black founder fund, Kepple Ventures et Enza Capital.

Les frères Ndoye de la startup Chargel

Alioune Badara et Moustapha Ndoye sont deux frères férus de la technologie et de la transformation numérique. Ayant fait le même cursus au Sénégal et aux États Unis, ils décident en 2018 de lancer une startup appelée Chargel. Il s'agit d'une plateforme de logistique. " On a compris que c'est un secteur extrêmement compliqué. Nous avons utilisé notre expérience dans l'entreprenariat. On est devenu transporteur pour comprendre réellement les difficultés réelles avant de développer la plus petite solution ", explique Alioune Badara Ndoye.

Après des difficultés au départ, l'entreprise finit par se mettre sur une pente glorieuse. Aujourd'hui Chargel vaut aujourd'hui au Sénégal une flotte de 3500 camions et un volume d'affaires de 719 millions Fcfa en 2022. " Aujourd'hui nous sommes convaincus qu'aucun pays ne peut se développer sans logistique. Car le camion permet tout embarquement et tout déchargement. On apporte également une touche technologique pour réduire le temps des opérations. Nous travaillons avec les acteurs pour faciliter les activités ", ajoute Moustapha Ndoye.

L'autre point de satisfaction selon lui, est la capacité à mobiliser des ressources pour accélérer son développement.  En mars 2023, Chargel avait réussi, à lever un fonds de pré-amorçage de 750 000 dollars, soit 446 millions FCFA, après un financement de démarrage de 2,5 millions de dollars, soit environ 1,5 milliard FCFA.

Siny Samba, au service de la nutrition infantile

Après des études à l'Institut Agro Montpellier (SupAgro Montpellier), Siny Samba décide de lancer au Sénégal sa marque Lionceau. La jeune dame est spécialisée dans le développement des produits de nourriture infantile en collaborant étroitement avec les petits producteurs locaux au Sénégal.

Elle dispose aujourd'hui d'une usine lui permettant de changer d'échelle. Ainsi, 20 000 bébés ont pu bénéficier de ses produits, dont la matière première est issue de plus de 5 000 agriculteurs locaux, notamment le pain de singe, l'oseille et le Morenga. Aujourd'hui, la capacité de production de la boîte Lionceau est équivalente à 500 pots et 1 000 paquets de farine par jour.

Lancé en 2017 sur fonds propres à hauteur de 60 000 euros, Lionceau, a par la suite reçu 150 000 euros des structures telles que investissements du WIC (women Investment Club), de Hub Impact Dakar, de la Délégation à l'entreprenariat rapide (DER), de Teranga Capital et d'investisseurs privés.

Mouhamadou Dieng

Publié le 26/09/23 10:57

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

CvuA_imzJdwvbWiZrsVY_U3RdbJ7PKnHywlO05ozwDU False