Yannick Maniongui, directeur commercial de L’Archer Capital Asset Management : ‘’Nous avons l’ambition de nous positionner comme un acteur financier incontournable dans la CEMAC’’

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 10h46min

Yannick Maniongui, directeur commercial de L'Archer Capital Asset Management :

Nous avons l'ambition de nous positionner comme un acteur financier incontournable dans la zone CEMAC

L'Archer Capital Asset Management est le fleuron du marché de la gestion d'actifs dans la zone CEMAC. La société a généré les meilleurs rendements en début d'année sur la place financière régionale de Douala en pleine construction. Yannick Maniongui, son directeur commercial, a accordé une interview exclusive à Sika Finance, afin d'aborder les facteurs à l'origine de cette performance.

Agréé en septembre 2021, L'ARCHER Capital Asset Management revendique 1,6 milliard FCFA d'actifs sous gestion à fin 2023. Présentez votre société et quelle appréciation faites-vous de cette progression sur un marché régional en construction ?

L'Archer Capital Asset Management, filiale du Groupe L'Archer Capital est une société de gestion congolaise agréée par la COSUMAF dont la zone de chalandise est la CEMAC et qui a pour activités : la gestion collective par le biais de fonds communs de placement, la gestion sous mandat et la gestion de patrimoine.

Cette évolution s'explique par le fait que notre écosystème est en pleine évolution et cela est marqué par l'intérêt croissant des États et des entreprises à recourir au marché local pour mobiliser des financements.

Ensuite nous proposons des véhicules d'investissements collectifs et individuels en vue de faciliter l'accès au marché financier régional aussi bien aux investisseurs institutionnels qu'aux particuliers patrimoniaux et aux clients désireux de faire fructifier leur épargne. Enfin, nous offrons une alternative à l'épargne classique pour diversifier et faire fructifier sa trésorerie.

Selon un récent classement de Sika Finance, vos FCP (Fonds Commun de Placement) figurent parmi les plus performants de la CEMAC pour ce début d'année 2024. Comment êtes-vous parvenus à faire la différence sur le marché ?

Ces résultats sont le fruit du travail acharné de nos équipes de gestionnaires d'actifs qui reposent sur une gestion active et une détermination à dépasser les objectifs fixés par le Top management, ce qui nous a permis d'exploiter toutes les opportunités en ce début d'année.

Quelle est votre approche en matière d'investissement ?

Nous combinons une approche disciplinée avec une analyse approfondie des opportunités d'investissement et une gestion proactive et constante aux besoins des clients pour mettre en place une stratégie d'investissement solide et performante pour atteindre nos objectifs et répondre aux exigences du marché.

Vous êtes présents uniquement sur les segments monétaire et Obligataire. Qu'est-ce qui explique votre absence sur les segments ‘'Fonds Actions'' et ‘'Fonds Diversifiés'' ?

Nous y pensons fortement mais, le marché actions n'est pas assez profond pour que nous nous y intéressions pour l'instant.

Nous espérons à l'avenir que les sociétés de bourse, dans le cadre de leur agrément, vont faciliter l'accès à la cotation boursière aux entreprises qui le souhaitent afin d'étoffer l'offre en actions.

À la BVMAC, le marché est certes étroit, mais de nouvelles introductions sont en vue avec le concours des Etats, tout comme une série de réformes dont la cotation en continu ou encore le fractionnement. Comment entrevoyez-vous l'avenir de ce marché ?

L'avenir de la Bourse des Valeurs Mobilières de l'Afrique Centrale (BVMAC) semble prometteur malgré ses défis actuels (marché étroit et une liquidité limitée).

Les nouvelles introductions en Bourse et les réformes envisagées par les États de la région pourraient dynamiser le marché et attirer davantage d'investisseurs.

Les introductions en Bourse sont cruciales pour augmenter la profondeur et la liquidité du marché. En attirant de nouvelles entreprises, particulièrement celles de secteurs variés et en croissance, la BVMAC peut devenir plus attrayante pour les investisseurs grâce à l'élargissement des options de diversification. Les autres réformes (cotation en continu et fractionnement) que la BVMAC a entreprises sont aussi capitales pour renforcer le dynamisme du marché. Il y a actuellement des valeurs sur le marché, à l'instar de BANGE (207 000 environ l'action) qui demeurent inaccessibles pour plusieurs investisseurs.

Outre les OPCVM, la COSUMAF autorise désormais de nouveaux produits d'investissements collectifs (OPCI, Fonds de titrisation, fonds de capital Investment…). Comment vous positionnez-vous par rapport à cela ?

Nous nous réjouissons de l'évolution du cadre réglementaire offert par la COSUMAF en autorisant de nouveaux produits. L'ajout de nouveaux produits permet d'offrir aux investisseurs une plus grande diversité d'options pour répondre à leurs besoins spécifiques en matière de placement. Les nouveaux produits pourraient offrir des opportunités de rendement potentiellement plus élevés, mais souvent associés à un niveau de risque différent par rapport aux OPCVM traditionnels.

Il est essentiel que ces nouveaux produits soient régis par des normes de transparence et de régulation adéquates pour garantir la protection des investisseurs.

Il est plus qu'utile de consulter un conseiller financier professionnel pour évaluer comment ces nouveaux produits s'intègrent dans une stratégie d'investissement globale. Ces nouveaux produits offrent des possibilités intéressantes, mais il est crucial de les aborder avec discernement en tenant compte des objectifs, du profil de risque et des besoins spécifiques de chaque investisseur.

Quelles sont les perspectives de développement de L'ARCHER Capital Asset Management ?

Nous avons l'ambition de nous positionner comme un acteur financier incontournable dans la zone CEMAC d'ici deux ans. C'est pour cela que le groupe L'Archer Capital vient de signer un partenariat stratégique avec le cabinet d'audit RSM France qui fait partie du 6ème plus grand réseau d'audit mondial afin d'offrir plus de possibilités de financement aux acteurs locaux.

Les perspectives de développement de L'archer capital Asset Management sont prometteuses.

Nous sommes en pleine expansion en tirant parti de la croissance économique de la zone CEMAC. Nous adaptons les services aux besoins locaux, établissons des partenariats stratégiques et restons à l'écoute des tendances du marché pour saisir les opportunités émergentes. C'est en continuant sur cette lancée que nous pourrons atteindre nos ambitions

La Rédaction

Publié le 24/06/24 16:16

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

qQ4NRwznfG8O1kmXt27cVhdLnh7UuBvnPRtqA58pCPo False