Cameroun : L’Etat et EDF créent une joint-venture pour le plus grand barrage hydroélectrique

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 11h28min

L'assemblée générale constitutive de Kikot Mbebe Hydro Power Company (KHPC) a eu lieu comme prévue ce 25 septembre à Yaoundé. Détenue à parts égales par l'État du Cameroun et le groupe français EDF, cette société sera chargée de construire et d'exploiter le barrage hydroélectrique de Kikot.

Cette infrastructure qui sera construite sur le fleuve Sanaga sera la plus importante du pays et même de la sous-région d'Afrique centrale, avec une capacité de production de 500 MW, juste devant le barrage de Nachtigal (420 MW).

Les dirigeants de cette nouvelle entité ont par ailleurs été désignés, à savoir Marlène Biessy au poste de directeur général. Cette ingénieure en hydrologie était jusqu'ici à la tête de EDF Cameroun. Elle sera secondée par Lionel Omgba Oyono au poste de DGA, sous la supervision de Ahmat Tom, nommé Président du conseil d'administration.

Pour l'électricien français, il s'agit d'un second projet d'envergure dans le secteur de l'électricité au Cameroun. L'entreprise est en effet à la manœuvre sur le barrage de Nachtigal qui devrait entrer en service d'ici la fin de l'année courante. 

Voir aussi - Cameroun : Prévu pour fin 2024, le barrage de Nachtigal devrait augmenter de 30% la production d'électricité

“Dans l'histoire d'EDF, c'est une journée historique puisque nous aurons en même temps deux barrages en construction ou en exploitation dans un même pays hors d'Europe. C'est très important pour nous d'être présents aux côtés du gouvernement du Cameroun pour apporter toute l'expertise technique d'EDF ; mais aussi la capacité de mettre en place une infrastructure, d'aller chercher des financements pour que ce projet soit bientôt en place. Nous avons aussi à cœur que ces projets bénéficient aux populations locales”, a déclaré Valérie Levkov, Directrice Afrique et Moyen-Orient d'EDF.

Reste donc à mobiliser le financement nécessaire pour la construction de cette infrastructure dont le coût est d'environ 650 milliards FCFA (1 milliard d'euros) selon les premières estimations d'EDF. Selon l'entreprise française le closing financier et donc le démarrage des travaux devrait être effectué d'ici fin 2025. Pour ce faire, EDF et l'État Camerounais ont engagé des pourparlers avec l'IFC, le bras séculier de la banque mondiale en matière de financement du secteur privé.

Prévu pour 2030, l'entrée en production du barrage de Kikot devrait contribuer à augmenter considérablement la capacité de production d'électricité au Cameroun, mais aussi rendre le coût accessible pour les ménages et les entreprises. Ce projet rentre en droite ligne dans le "Plan de Redressement du Secteur de l'Electricité́ au Cameroun (PRSEC) 2023-2030".

Il s'agit d'un programme gouvernemental qui vise à accroitre la performance du secteur de l'électricité́ et améliorer sa contribution au développement économique du pays. L'État envisage à cet effet, mobiliser des ressources financières de l'ordre de 6 000 milliards FCFA, afin de porter la production énergétique nationale de 1640 MW actuellement à 5000 MW en 2030.

Cédrick Jiongo

La Rédaction

Publié le 26/09/23 12:01

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

qQ4NRwznfG8O1kmXt27cVhdLnh7UuBvnPRtqA58pCPo False